Connaissez-vous cette sensation, la très bonne sensation que vous obtenez lorsque vous mangez un bon carry en famille ou que vous croquez délicieusement ce fondant au chocolat ?

Vous avez remarqué dans ces moments là, à quel point nous en voulons toujours plus alors que nous n’avons plus vraiment faim ? Pourquoi selon vous ? En réalité, c’est de la dopamine qui inonde votre cerveau en récompense du plaisir que cela vous procure. Cela vous fait vous sentir bien et vous donne également envie de consommer encore plus dans l’espoir que la sensation ne disparaîtra pas.

C’est ce que l’on appelle l’alimentation émotionnelle.

1. Qu’est-ce que la consommation émotionnelle ?

L’alimentation émotionnelle, c’est lorsque l’on mange dans un autre but que celui d’être rassasié. Autrement dit c’est se servir de la nourriture pour combler l’un de nos maux. On se sert alors de notre alimentation comme un moyen d’apaiser ce qui nous tourmente, comme une récompense. C’est parfois une pulsion, que nous arrivons difficilement à contrôler. Et bien souvent nous ne nous en rendons même plus compte tant, cela est devenu une habitude.

L’alimentation émotionnelle se produit en général sous 5 formes :

1. Manger pour se réconforter

La vie ne nous fait parfois pas de cadeau. Et dans ces moments là nous cherchons à nous réconforter, c’est humain. En cela, la nourriture est naturellement plébiscité pour nos petits moments de plaisir. Que ce soit une bonne barquette, un fast-food, ou une pâtisserie sucrée, nous nous en remettons souvent à ces délices culinaires pour nous apporter plaisir, aide et réconfort.

2. Manger pour combler le vide, par ennui

Cela nous est déjà tous arrivé : manger parce que l’on s’ennuie ! En effet, la nourriture peut nous servir par moment de passe-temps car l’on a rien d’autre de valable à faire, ou pour patienter jusqu’à un certain événement dans la journée. c’est peut être encore plus vrai en cette période de confinement…

3. Manger par automatisme

Notre vie nous demande tant, que la nourriture peut passer au second plan. Nous ne faisons alors même plus attention à ce que nous mangeons.

4. Manger par pulsion

Après le sport, ou un repas trop maigre le midi, ou après des heures à attendre, nous avons parfois une pulsion qui nous anime, et qui nous pousse à manger, manger et manger ! Dans ces moments là difficile de se contrôler pas vrai ?

5. Manger au delà de sa satiété : calmer une émotion

Enfin, ce sont toutes ces raisons qui nous poussent à manger quelle que ce soit la raison, si ce n’est celle de se rassasier.

Que ce soit parceque vous êtes triste, anxieux ou en colère, vous avez peut être recours à certains types d’aliments en particuliers “vos pêchés mignons”. Cette nourriture va venir vous apaiser, calmer vos émotions et vous aider à surmonter l’épreuve que vous traversez. De par leur composition (souvent gras, salé, ou sucré), ces aliments auront un impact sur votre cerveau et vos émotions et vous procurera une sensation de plaisir.

2. Nos conseils pour éviter de manger émotionnellement

Donc, maintenant que vous savez tout sur l’alimentation émotionnelle, parlons des moyens qui vous permettront de ralentir cette mauvaise habitude.

Nous rappelons bien sûr que si vous faites face à ces troubles alimentaires, nous ne saurons que trop vous conseiller d’en parler à votre médecin. Ces conseils peuvent cependant vous aider à faire de meilleurs choix alimentaires

1. Identifier le problème

On ne peut combattre ce que l’on ne voit pas. L’une des principales raisons pour lesquelles les gens mangent en excès est qu’ils essaient de résoudre le stress dans leur vie. Lorsque vous êtes stressé, votre corps sécrète du cortisol. Lorsque cette hormone est libérée dans votre corps, elle augmenter votre désir de manger.

Voyez s’il existe des moyens de réduire le stress dans votre vie.Qu’est ce qui vous plonge dans cet état émotionnel négatif : colère, tristesse, ennui, surmenage, déception, stress, obligations etc

Vous pouvez également consulter notre guide en téléchargement gratuit ici :

Au moment ou vous souhaitez vous jeter sur cette barre de chocolat, est-ce que cela arrive à un moment précis dans la journée ? Quel est votre état émotionnel lorsque vous le faisiez ?

Parfois, la solution peut être tout simplement d’accorder une plus grande attention à votre corps.

En faisant un effort conscient pour être attentif lorsque vous mangez, vous pouvez mieux surveiller nos habitudes. Par exemple, concentrez-vous sur le goût et la texture des aliments que vous mangez. Soyez conscient des portions que vous vous servez à vous-même.

Faites attention à votre sensation de satiété au fur et à mesure de votre repas. Concentrez vous non seulement sur ce que vous mangez , mais aussi sur l’odeur, l’atmosphère, les gens avec qui vous êtes.

2. Acceptez le

Le corps est une formidable machine. Il vous indique que quelque chose ne va pas. Commencez par l’écouter, par vous écouter. Prendre conscience de ce comportement est essentiel !

Dépasser le cercle vicieux : je ne me sens pas bien donc je mange. Puis je mange de nouveau car je culpabilise d’avoir trop mangé.

Trouver d’autres moyens de se faire plaisir

Ensuite, il est temps de transférer votre exutoire, vers quelque chose de plus sain. Que ce soit faire du sport, des exercices de respiration, écoute de la musique, faire du yoga, chanter peu importe.

L’idée est d’expulser votre mal être dans une activité qui vous procure de la joie plutôt que de nuire à votre santé.

Essayez de nouvelles activités de soulagement du stress, comme la méditation et la respiration profonde pour réduire votre niveau de stress sans utiliser de nourriture.

Cela ne va pas se faire du jour au lendemain, et risque de prendre un peu de temps. Et ce n’est pas grave si vous n’y arrivez pas à chaque fois. L’important est d’apprendre à s’observer et se comprendre, et trouver comment réagir au mieux.

3. Gardez un journal alimentaire-humeur

Commencez à suivre vos habitudes alimentaires émotionnelles dans un journal spécial. Sélectionnez un agenda ou un cahier dédié uniquement au suivi de vos habitudes alimentaires et de vos humeurs lorsque vous mangez.

Énumérez ce que vous mangez tout au long de la journée, combien vous mangez et comment vous vous sentez en mangeant. Au fil du temps, vous pourrez peut-être remarquer des schémas reliant vos habitudes alimentaires à vos humeurs.

4. Ne plus se trouver des excuses

Vous avez remarqué à quel points nous sommes très forts pour nous trouver des excuses ? En fait, si vous voulez cette barre de chocolat, et que vous savez que vous ne devriez pas : vous allez pouvoir résister quelques jours. Et un jour, parceque vous avez passé une rude journée, ou que vous êtes fatigué, ou que vous venez d’apprendre une mauvaise nouvelle, vous allez vous jeter sur ce chocolat.

En fait votre système interne, vous dit “ah là, tu as le droit”.

En vérité, nous faisons tous face à des moments de haut et de bas dans notre vie.

Apprendre à se connaître et à réagir différemment est donc la clé ! Surtout dans les moments où cela ne va pas.

La nourriture, par sa facilité d’accès, et le plaisir instantané que cela nous procure est donc souvent un des moyens pour nous soulager. Sur le long terme cependant, ces petits moments de faiblesse et de grignotage, peuvent induire des désordres physiologiques et des kilos en trop.

Il existe forcément un autre moyen pour vous de vous détendre que de vous jeter à corps perdu dans ce paquet de chips ! Apprenez à vous connaître, et à vous faire confiance.

Si vous avez une pulsion soudaine, vous avez la force de lutter, après tout ce n’est qu’un paquet de chips !

Il y’a un lien direct entre l’alimentation émotionnelle, et votre capacité à gérer votre stress et à vous relaxer. C’est pourquoi je vous invite à télécharger gratuitement notre guide Comment se relaxer à a la maison même si on a que 10 min par jour ici :

guide relaxation reunion
Published On: octobre 12th, 2020 / Categories: Développement personnel /

Inscrivez-vous au blog

Recevez tous les mois nos articles directement dans votre boite mail.